Regard et estime de soi
Regard sur soi

Le regard que nous portons sur nous est parfois, souvent, très dur. Nous sommes assez intransigeante avec nous-même (et parfois inconsciemment avec les autres de ce fait). Je me suis aperçue ce matin que je me souvenais très facilement des critiques, des remarques négatives (que je perçois ainsi en tout cas). Qu’elles s’étaient ancrées, accrochées à moi. Et qu’elles revenaient parfois, comme un boomerang dans ma face, elles arrivent sans que je m’y attendent et font naître des émotions négatives et un mal-être en moi. Elles sont vicieuses, elles viennent en bande, quand une se rappel à moi, le flot de pensées critiques qui suit peut-être violent.

Ce sont parfois des petites phrases, qui peuvent paraître anodine, ou qui ne veulent pas intentionnellement nous blesser (mais qui le font quand même) : tu as mauvaise mine aujourd’hui, tu as des cernes, quel tête tu as aujourd’hui, tu ne devrais pas porter cette forme (couleur, motifs), … Mais est-ce que je t’ai demandé quelque chose ? Moi NON ! Alors pourquoi tu m’agresses; Car moi je le prenais vraiment comme une agression avant, maintenant je préfère ignorer la phrase ou juste répondre « pour quelle raison éprouves-tu le besoin de me dire cela ?  » Je sais que l’intention peut-être bonne. Mais en général, les effets sont toujours négatifs pour la personne qui reçoit ses « phrases ». Et je n’évoque pas ici les insultes de l’enfance, remarques blessantes familiales (souvent déguisées sous le ton de l’humour ou du « qui aime bien châtie bien ») …. Tu as remarqué comme elles sont enregistrées? Comme il peut-être difficile de s’en détacher ? Parfois, on te les a faites il y a 5 ans, 1à ans ou quand tu étais petite et tu revois encore toute la scène. Parfois on leur laisse même nous gâcher la journée ! On finit par en croire certaine. On finit par se les dire à soi-même comme si c’est nous qui les pensions. Elles deviennent nos croyances. Notre vision.

STOP ! Moi, je ne veux plus de cet automatisme. Je suis sûre que tu as, en lisant mes mots, repensée à ceux que tu avais entendus. Maintenant, j’aimerais que tu prennes un instant pour penser aux compliments que l’ont-a déjà fait, aux bonnes remarques et critiques sur ton savoir-faire, ton savoir-être, sur ton physique. Alors ?

Si tu es comme moi, j’ai mis du temps ce matin avant de m’en remémorer quelques uns. Mais si peu comparé aux négatifs. Souvent quand on me fait un compliment, je répond timidement merci. Je ne sais pas quoi dire. Presque je me demande si c’est vrai. Et parfois même dans ma tête, je pense « oui oui c’est ça » ou « n’importe quoi ». Mais quelle horreur ! Je ne veux plus penser comme ça de moi. Je veux adorer les compliments positifs, je veux les croire et je veux les ancrer ! je veux que mon cerveau comprenne qu’il faut retenir les mots positifs et plus les négatifs. Je veux changer de vision et de croyances.

Alors c’est tout simple je vais l’entrainer, comme un sportif prépare sa course. Il a besoin de répétition pour comprendre. Lorsque je recevrais un compliment ou une remarque positive, à partir de maintenant, je la noterais et je noterais l’émotion positive associée. Je noterais toutes les remarques qui me font du bien, toutes les positives. Et chaque soir je les relierais. Pour faire comprendre à mon cerveau que c’est celles-là qu’il doit garder en tête uniquement. A force de les lire, je créerais un nouveau circuit neuronal, une nouvelle habitude et en les visualisant (revivre la scène de ses mots positifs et l’émotion associées) ils deviendront mon unique vérité.

Tu as le pouvoir de changer. Tu es super woman. Nous pouvons influencer notre cerveau, décider ce que nous voulons penser de nous et la manière dont nous devons nous voir. Nous avons le pouvoir sur nos émotions, elles nous signalent quand ça va (et inversement), les écouter et les extérioriser pour ensuite ne garder que celles qui nous font du bien.

J’ai aussi décidé de garder pour moi ses remarques qui nous viennent comme des automatisme, à chaque rencontre. C’est tellement ancré en nous, on observe, on se compare, et on commente. Je prendrais le temps, le plus possible, de dire des choses positives sur les personnes avec qui j’échange. J’habituerais ainsi, un peu plus, mon cerveau à voir le beau le positif, le neutre. A être bienveillant. Et toi ? Tu décides quoi ?

La sacrée

La lettre qui accompagne les femmes au mieux-être et à l’épanouissement

Ton inscription est confirmée.

Youpiii

La lettre pour accompagner les mamans et les enfants vers un mieux-être et un épanouissement familial

Ton inscription est confirmée.